Partage

 

Une journée à Beauraing…

Samedi dernier, 16 mars, j’ai participé à la 9ième journée diocésaine organisée par l’équipe ‘CHANTIER’ de Namur,  à Beauraing. Ce fut une très belle journée de rencontres et de formation. Le vicaire général du diocèse de Poitiers nous invitait à entrer dans la ‘Dynamique de l’appel dans la mission des unités pastorales’ avec deux points forts : a) Initier une culture de l’appel – b) De l’appel du Christ à l’Eglise qui appelle.

Ce qui m’a motivé à participer, d’une part, c’était de comprendre, de percevoir l’efficacité des efforts accomplis pour susciter les unités pastorales particulièrement celles les plus proches de ma région et, d’autre part, rencontrer les réalités locales. L’aspect ‘formation’ était passionnant et l’aspect ‘rencontre’ surprenant ! Nous étions nombreux (plus de 170 personnes) et, fait remarquable,  presque la ½ de l’assemblée était d’origine africaine.

Ce que je veux  partager, c’est le sentiment qu’  une telle rencontre est d’une importance capitale  pour le ‘vivre ensemble ‘  entre prêtres, laïc, équipes …engagés, entre autre au sein de l’Eglise de Namur. C’est une occasion d’échanger ce qui fait vivre, c’est un apprentissage d’une écoute réelle et trouver  du sens à ce qu’on fait…

Je relève quelques paroles  qui ont attiré mon attention :

….Il ne s’agit pas d’idéaliser le passé, de dramatiser l’avenir,…le chemin consiste à habiter le présent (vu aussi comme  sens de cadeau)…..

…c’est un chemin d’accomplissement ! La vie des disciples passe de l’attachement antérieur à l’attachement au Christ…dire oui à l’essentiel de sa vie ! Pour une vie spirituelle authentique et vie concrète (on ne peut disjoindre les deux) le temps de  prière est important !

…Il existe des possibles ignorés… sans confiance, nous dépérissons. C’est un chemin de dépouillement !

…La paroisse n’est pas un territoire, c’est l’ensemble des personnes en relation…

…la communauté est invitée à faire un discernement…aller vers ?  Solliciter les personnes, le chemin passe par l’estime de l’autre, des dons de chacun (e), pour devenir une communauté vivante et fraternelle, en quittant le langage de la plainte…dépasser toute forme de mondanité, se laisser à l’Esprit !

Nous ne sommes pas appelés parce que nous sommes capables, nous devenons capables parce que nous sommes appelés. Rendre grâce en HUMILITE pour chanter ses merveilles, sur ce qui germe, porteur d’avenir ? à la suite du Christ. 

 

Pour recevoir pleinement la richesse de cette intervention, je vous invite à visiter les sites suivants :

www.chantierparoissial.be

www.diocesedenamur.be

Marie-Paule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *